samedi 19 juin 2010

La culture, c'est comme la confiture...*

... et nan! Pas de recette cette fois-ci. Pour ce qui est de la tartine, je vous renvoie aux conseils maternels publiés l'an dernier. En ces temps festivaliers et caniculaires, l'alternative consiste essentiellement entre melon-jambon et dwich pas toujours bon. C'est con, quand même: j'ai dans mes placards du kinako, du poivre cubèbe, de la farine verte (alors, Cookie?) et tout plein de joyeusetés, mais non, je suis obligée de me fendre d'un banal "Pas le temps. Trop chaud". Et pourtant, une liste d'idées longue comme le bras...


Pour me faire pardonner, un peu de Tanger...


Ses portes...












... ses murs délabrés...





... ses ciels délavés...





... ses chats qui se la coulent douce...



... son cinéma à la programmation improbable


... un cycle Tati et une production locale qu'on préfère ne pas commenter ici...

... ses assiettes de poisson qu'heureusement que c'était pour deux...

... ses fleurs bizarres...

... ses gamins un tantinet gratteurs...



... ses hôtels dans lesquels on est contents de pas avoir réservé...

... ses restos ambiance "Mille et une nuits"...

...inévitable.









... mais cet escalier-là menait à vingt et une entrées enchanteresses (et qui m'ont donné plein d'idées)...... ses cornes de gazelle, définitivement moins bonnes qu'à Fès.

En revanche, le flirt avec l'Espagne donnait de jolies choses dans cette boîte, avec notamment ce qu'on a pris pour du pralin de sésame que Patrick Roger ne renierait pas.

Et alors que Tanger rimait pour nous avec charme suranné, on s'est pris dans la face, de retour à Avignon, ce que la ville a produit de plus beau depuis le Grand Socco (et encore c'est que pour la rime). J'ai nommé le Groupe acrobatique de Tanger, heureusement repéré par Zimmermann et de Perrot il y a quelques années, qui a débarqué dans la cour du lycée Saint-Joseph pour Chouf ouchouf, ce qui veut dire en arabe "Regarde, regarde encore". Franchement, j'aurais bien regardé plus d'une heure et quart cette évocation d'une ville juste entrevue. Ce In (et... ouais!) commençait très bien, après une grosse déception: les Fables qui se mangent, ça m'a vraiment laissée sur ma faim.





Photo Mario del Curto









Bon point par rapport à l'an dernier, pas de starlette capricieuse et dangereuse non plus. L'homme a rencontré Romane Bohringer et déclaré: "Elle est vraiment pas belle", la Balibar on savait qu'elle aurait aucune prise sur lui, quant à Natalie Dessay, quand elle arrêtera de s'habiller comme une meringue on commencera ptet à la craindre, mais quelque chose nous dit qu'elle mettra aussi longtemps qu'à apprendre à marcher avec des talons.









Cette année, la menace viendrait plutôt de l'homme à côté de qui Fabrice Luchini est tout petit, Laurent Poitrenaux. Roi en exil (et sous-pull) et mage en été, cet homme-là est incroyable. S'il passe près de chez vous, courez.




On aurait d'ailleurs pu citer Cadiot, ou Burger, qui a réussi un truc de fou: faire danser dix mille personnes sur du bon rock le 14 juillet. Gratos. Même pas serrés. De quoi être fier d'être Avignonnais Français (BURGER PRESIDENT!). Mais un peu vieux beaux, les deux potes. Comme celui-là (haha)










Barcelo, trop fada.










Il nous a quand même collé un éléphant en bronze de six tonnes sur la place du Palais, le gars. A Arles, le papier mâché ça leur suffit.

Mais bon, ils ont Mick Jagger aussi...

Et Rabanel et sa brandade parfaite, aussi.





Bref, vous l'avez compris, les nourritures terrestres, c'était difficile ces dernières semaines. Sans compter les quarante degrés qui ont failli faire fondre mes Patrick Roger...

Ceci dit, d'ici une semaine ils seront tous partis, la mornitude reprend le dessus, on va pouvoir revenir aux choses sérieuses...






* Quand on t'en sert beaucoup aussi, faut l'étaler... non?

11 commentaires:

Tiuscha a dit…

Etale, étale, il en restera toujours quelque chose, comme ton Poitrenaux par ex, ou Rabanel (toujours pas allée chez lui) cette farine verte, c'est quoi ?

Nilufer a dit…

Moi aussi je m'interroge sur cette farine verte...
Tu me fais aussi penser que j'ai du kinako ramené lors de mon dernier séjour à Paris.
Complètement oublié la chose !

Des amis suisses viennent de rentrer d'Avignon et tout comme toi, ils ont été enchantés par le groupe acrobatique dont tu cites.
Et dire que l'on a failli partir avec eux... zut alors !

Anoushka a dit…

tes photos donnent envie de faire tout de suite les valises!
Bon WE :)

Bambi a dit…

Tanger, la porte de l'Afrique? Jolies portes, joli ciel, pas beaux hôtels mais envie de voyager, photographier... Et manger. Pas de confiture... Plutôt une mangue. Oui, une mangue, tiens... Je vais me rentrer et manger une mangue. C'est chouette !

LILIBOX a dit…

Rabanel, une autre adresse sur ma wish list.
Tu y es allée?

Cocotte a dit…

Tiuscha, Nilu, c'est de la farine de riz gluant au pandan, Cookie en a un paquet aussi.
Anoushka, merci, go ahead!
Bambi, grand bien te fasse. (Et il était pas si mal le nôtre, d'hôtel)
Lili, seulement le bistrot, à chaque Rencontre photo;-)

Rosa's Yummy Yums a dit…

De sublimes photos! J'adore ces portes. Un endroit merveilleux.

Bises et bon début de semaine,

Rosa

Flo a dit…

Une belle tartine bien garnie ^^ et le pralin de sésame j'aurais adoré découvrir moi aussi ! Biz

Le Cookie Masqué a dit…

attends t'as apporté Patrick là bas ?!!
bon shame on me, j'ai même pas encore testé la poudre verte, c'est sur ma to do list !
bizz

Cocotte a dit…

Rosa, merci. Et encore, j'ai écrémé au niveau des photos de portes!
Flo, bravo! Pour le pralin de sésame on n'est pas sûr, Cookie tu pourrais faire un test labo? Et nan, j'ai eu une grosse boîte de Patrick en rentrant, mais là elle est désespérément vide!

Mama Yéti a dit…

Elles sont magnifiques tes photos! Tu me fais voyager..Et par la même occasion, je découvre ton joli blog! A bientôt!